Comment concevoir une salle de bains pour handicapés ?

Aujourd’hui, la salle de bains n’est pas un simple environnement auquel il faut consacrer peu d’attention, mais mérite soin et précision dans les choix et les solutions de mobilier. Ce concept est d’autant plus valable si vous avez des personnes ayant des difficultés motrices à la maison : dans ce cas, il est nécessaire de concevoir une salle de bain pour les personnes handicapées, en considérant spécifiquement les problèmes présentés et en venant ainsi à proposer des solutions personnalisées.

Dimensions idéales
Une salle de bains pour handicapés doit être conçue de manière à être grande et à pouvoir offrir une grande liberté de mouvement. Habituellement avec un plan carré d’au moins 2 mètres par côté, on rencontre souvent des pièces plus petites qui ne devraient pas être inférieures à 1,8 mètre par côté, mais avec une ouverture de porte d’au moins 80 cm (considérant 70 cm minimum pour un fauteuil roulant). Il existe une réglementation qui dicte certaines règles, notamment dans le secteur public (restaurants, centres commerciaux, entreprises), mais qui peut aussi servir de référence pour la conception de la salle de bains pour handicapés (Règlement du Ministère des Travaux Publics du 14/6/1989 n° 236).

La porte et le sol de la salle de bain pour handicapés
Imaginez entrer dans la salle de bains avec un landau, avoir une porte battante qui s’ouvre vers l’intérieur ou vers l’extérieur n’est pas le meilleur choix, tant d’un point de vue pratique que de la taille. Il est donc préférable de s’orienter sur une porte coulissante, encastrée dans le mur ou à soufflet, avec une poignée placée verticalement pour optimiser encore l’espace. Pour la porte d’une salle de bain pour handicapés, il est important de choisir un matériau résistant, en prévision des coups qui pourraient être reçus avec le fauteuil roulant ou avec les dispositifs auxiliaires pour la marche. Il est également conseillé de faire attention au sol de la salle de bain, pour éviter de trébucher et de glisser. Il est préférable d’utiliser des matériaux à séchage rapide et antidérapants, éventuellement sans marches, joints accentués ou joints marqués. L’idée derrière la conception d’une salle de bains pour handicapés doit être la fonctionnalité et la prévention des risques.

Le lavabo idéal pour les personnes handicapées
Lors de la conception d’une salle de bains pour handicapés, il faut supposer qu’ils s’approchent du lavabo avec le fauteuil roulant et qu’ils doivent donc disposer de l’espace nécessaire pour pouvoir se déplacer dans la position la plus correcte, pratique et confortable. Il est nécessaire de laisser libre l’espace sous l’évier, qui doit être installé directement sur le mur et en suspension. De cette façon, la personne peut être en contact avec le bord de l’évier autant que possible, favorisant ainsi le travail manuel et la gestion des robinets. Si le lavabo n’a pas d’espace pour reposer les bras, il est suggéré de prévoir à proximité d’une armoire une étagère utile pour ranger des objets (savon, serviette, etc.), mais aussi un point d’ancrage pour les personnes handicapées en cas de besoin. Un aspect à considérer est celui des robinets : il vaut mieux qu’ils soient télescopiques ou longs, afin qu’il soit plus facile d’atteindre le jet d’eau. Même une personne handicapée peut trouver un miroir utile, qui doit être considéré comme large et positionné de manière à ce que le sujet puisse l’avoir à sa hauteur. Pour le visage sont également fonctionnels ceux avec pantographe, typique des salons de beauté, qui sont équipés d’un système qui permet l’approche du visage. En général, il est fortement déconseillé d’utiliser des lavabos à poser parce qu’ils soulèvent la surface, alors que ceux avec lavabos encastrés ou intégrés sont d’excellentes propositions, bien qu’il faille faire quelque chose pour une armoire avec un comptoir sur le sol (mais sans tiroirs, car ils empêchent l’accès avec un fauteuil roulant). Les propositions de Kerasan sont différentes et combinent des solutions pour les personnes handicapées.

Accès facile à la douche pour les personnes à mobilité réduite
La douche doit être un point crucial dans la conception d’une salle de bains pour handicapés. Il est essentiel de comprendre la déficience ou l’incapacité à laquelle vous êtes confronté afin de mieux déterminer le type de receveur de douche et de cabine. Le robinet doit être installé dans une position plus basse que la normale si la personne handicapée ne peut pas se tenir debout et est préférable à une solution qui prévoit les hauts et les bas, plus pratique et fonctionnelle. La cabine de douche doit assurer une bonne ouverture pour permettre l’entrée du fauteuil roulant, du déambulateur ou d’une personne qui aide la personne handicapée à se laver et donc un environnement spacieux est nécessaire. Le receveur de douche peut être fabriqué et découpé sur mesure et dans un matériau antidérapant. Kerasan dispose d’une gamme de receveurs de douche en marbre et résine, au ras du sol et avec une finition antidérapante qui peut représenter des solutions intéressantes pour composer une douche pour les personnes handicapées.

Sanitaires pour handicapés
Nous avons tous à l’esprit les services aux personnes handicapées dans les centres commerciaux et les restaurants, mais comment devraient-ils être à la maison ? Le design de la salle de bains pour les personnes handicapées ne peut ignorer le choix des sanitaires spécialement conçus pour eux. Habituellement à la maison, nous utilisons des appareils sanitaires adaptés au handicap spécifique et le choix doit être fait avec prudence. Les toilettes pour handicapés les plus courantes ont des hauteurs élevées qui ne facilitent pas toujours la personne, qui a souvent besoin d’accessoires pour simplifier les opérations physiologiques qui seraient facilitées avec des services à la bonne hauteur par rapport au sol. S’il n’y a pas de problèmes ou d’obstacles majeurs, les appareils sanitaires suspendus sont une solution idéale parce qu’ils permettent plus de mobilité et donnent plus d’espace pour les fauteuils roulants et les marchettes. Ils doivent être placés à côté de la tasse, afin de ne pas devenir trop encombrants si une intervention d’une tierce personne est nécessaire. Laisser un espace latéral d’au moins un mètre carré est la solution idéale pour un bon concepteur ou architecte. Pour une personne handicapée, il est essentiel, une fois assise, de pouvoir reposer la plante du pied au sol de manière complète et totale pour se sentir non seulement plus en sécurité, mais aussi pour faire moins d’efforts. Il faut aussi faire attention aux commandes d’eau et à la sonnette d’alarme : les deux doivent être accessibles sans trop d’efforts. Si les appareils sanitaires comprennent normalement un bidet, dans une salle de bains pour handicapés, il se peut qu’il n’y en ait pas, uniquement à cause de problèmes d’espace. Si la pièce est petite, il est inutile de la remplir d’un bidet qui ne serait pas pratique. Il faut plutôt prévoir une petite douche qui permet une hygiène intime directement sur la toilette, en évitant également les mouvements physiques du sujet. S’il y a de la place, il est toujours possible d’installer le bidet, mais même dans ce cas, il est toujours conseillé d’utiliser la douchette à main.